La post-édition – une nécessité pour la traduction automatique (TA)

Post-édition des traductions automatiques

La post-édition est le terme utilisé par les traducteurs pour décrire la révision et l'optimisation des traductions générées par la machine.

Celle-ci est nécessaire car, bien que les traductions automatiques offrent des délais de traitement courts, leur qualité n'est généralement pas convaincante à 100 %. Les réseaux de neurones ne sont encore d'aucune utilité – le traducteur humain conserve dans un premier temps sa supériorité.

Que signifie le terme de "post-édition" ?

Un processus en deux étapes s'est imposé en tant que meilleure pratique dans le cadre des traductions automatiques. La traduction automatique par le logiciel est suivie d'une étape de correction effectuée par le post-éditeur ou la post-éditrice. Ce sont des traducteurs spécialisés dans la post-édition qui lisent, corrigent et optimisent le texte généré par la machine.

Mais jusqu'où cette optimisation doit-elle aller, jusqu'à quel point la quantité de travail manuel est-elle justifiée ? La juste mesure dépend fortement de l'objet du texte.

Dans le cas d'un texte purement informatif, par exemple, les faits doivent être restitués avec exactitude. Il est donc essentiel que les contextes de signification n'aient pas été déformés lors de la "traduction automatique (TA)". Ainsi, la post-édition de ces traductions intervient de préférence à ce niveau ; la stylistique ou la fluidité du texte ne jouent aucun rôle.

La situation est différente si les textes sont de qualité plus élevée et sont destinés, par exemple, à des publications d'entreprise. Au-delà de l'exactitude du contenu, le style d'un texte joue également un rôle majeur tout comme la prise en compte bien souvent d'un jargon d'entreprise. Dans ces cas, il peut être nécessaire de retraduire des phrases ou des paragraphes entiers.

Où sont les limites de la post-édition ?

C'est dans le cas de textes de haute qualité que l'on reconnaît les limites des traductions effectuées à l'aide de logiciels et de la post-édition de ces traductions automatiques. Lorsque le temps nécessaire à la post-édition augmente considérablement, il convient de se poser la question si une traduction spécialisée réalisée par des spécialistes de la traduction humains n'est pas plus adaptée.

Même si les traductions automatiques se sont largement améliorées grâce à l'utilisation de logiciels neuronaux, elles ne sont pas parfaites. Bien que les fautes de grammaire soient devenues très rares, les contresens et faux sens sont encore courants. Malheureusement, ce sont justement ceux-ci qui sont particulièrement difficiles à identifier pour le non-spécialiste : on ne les repère pas forcément si l'on ne procède pas à une post-édition, ce qui peut entraîner de graves conséquences.

Trois sources d'erreur typiques en matière de traduction automatique

Dans la post-édition, nous nous concentrons entre autres choses sur les points faibles des traductions automatiques :

Terminologies non prises en compte : les terminologies et les bases de données terminologiques permettent de garantir l'utilisation d'un vocabulaire uniforme pour une entreprise. Si des systèmes de traduction non entraînés ont été utilisés, la terminologie doit être vérifiée et corrigée lors de la post-édition.

Contexte inexact : les contextes complexes dans les textes sont souvent mal compris et restitués de manière incorrecte dans les traductions automatiques. La post-édition doit tenir compte de ces cas et modifier la traduction de telle sorte que celle-ci puisse refléter l'intention du texte original.

Formulations standards non uniformes : l'utilisation d'expressions et de conventions manifestement inappropriées permet d'identifier les mauvaises traductions. L'un des cas classiques est le passage entre les formules d'appel "vous" et "tu". Ces formulations et d'autres similaires posent de grandes difficultés à de nombreux programmes de traduction, ce qui fait de la post-édition une nécessité absolue.

Le travail investi dans la post-édition est lié à la qualité du texte source

Ouvrir le navigateur pour copier un texte dans le champ de traduction de Google n'est à recommander que dans le cas d'un très faible niveau d'exigence. Le site DeepL est certes légèrement meilleur, mais des traductions automatiques de haute qualité passent par l'utilisation de systèmes professionnels de traduction automatique neuronale tels que ceux dont disposent les prestataires de services linguistiques.

En cas d'exigences très élevées, ces systèmes seront d'abord entraînés en fonction des besoins spécifiques à l'entreprise, un processus qui prend beaucoup de temps et qui n'est rentable que si le système est utilisé très régulièrement.

Même les systèmes de TA ainsi entraînés ne fonctionnent pas sans erreurs, mais le temps nécessaire à la post-édition est fortement réduit.

Quelles sont les compétences indispensables à un bon post-éditeur ?

Un bon post-éditeur est toujours un bon traducteur. Mais un bon traducteur n'est pas automatiquement un bon post-éditeur. Les exigences envers les post-éditeurs sont élevées, ce qui se traduit également par l'existence d'une norme ISO dans laquelle elles sont définies.

On attend, entre autres, d'un bon post-éditeur :

  • Des compétences en tant que traducteur
  • Des compétences linguistiques et textuelles dans les langues source et cible
  • Des capacités de recherche d'informations visant à les identifier et à les traiter
  • Des compétences culturelles acquises dans les pays de la langue source et de la langue cible
  • Des compétences techniques concernant la fonction, les performances et les limites de la traduction automatique
  • Des connaissances du secteur d'activité ayant trait à une traduction

Il est également important d'être capable de ne pas faire de ses propres exigences le critère de référence. Si seule une post-édition minimale des textes d'information a été convenue avec le client, cela signifie qu'une rectification de légères imperfections stylistiques n'est pas prévue. Ceux qui n'y parviennent pas, à savoir ceux qui sont trop perfectionnistes dans le processus de post-édition, perdent rapidement le bénéfice en termes de gain de temps qu'offre la traduction automatique.

Que pouvez-vous attendre des traductions automatiques effectuées par intercontact ?

Les traductions automatiques neuronales peuvent s'avérer être un outil de choix pour certaines tâches de traduction. Nous serons ravis de vous conseiller.

Si les conditions sont réunies, il est ainsi possible d'effectuer des traductions plus rapidement et d'économiser environ 30 % des coûts.

À cet effet, une post-édition professionnelle nous permet de garantir une qualité élevée dans le cadre des exigences préalablement définies.

Il est préférable de ne jamais effectuer de traduction automatique sans post-édition

Malgré l'intérêt suscité par la traduction automatique : l'utilisation directe des résultats de traduction obtenus n'est conseillée que dans des cas individuels bien justifiés. Par exemple, lorsqu'il ne s'agit que de textes simples purement informatifs.

Si les exigences sont plus élevées, nous combinons en règle générale la traduction automatique et la post-édition. De cette manière, nous vous offrons un avantage en termes de coûts et nous vous garantissons une qualité élevée dans le cadre de vos exigences.

Toutefois, si vous avez de hautes exigences envers les traductions spécialisées de textes importants, nous continuons à vous recommander de faire appel à nos traductrices et traducteurs humains.

Nous serons heureux de vous conseiller en la matière sur la base de votre projet spécifique et sur vos possibilités en termes de traduction automatique et de post-édition.