La traduction des textes courts – comment est-elle facturée ?

Loupe

Vous souhaitez faire traduire une seule phrase en 10 langues et avez besoin du texte final le plus vite possible ?

Combien coûte la traduction urgente d'un texte très court dans une autre langue ? Quelle somme de travail cela représente-t-il ? Si vous avez besoin de la traduction d'un petit texte dans de nombreuses langues, vous vous êtes sans doute déjà posé ce genre de questions. Le traducteur automatique de Google ne vous sera d'aucune aide dans ce cas de figure, surtout s'il s'agit de textes courts importants qui apparaîtront par exemple sur le flyer de votre entreprise.

Qu'entend-on par textes courts ?

Dans le secteur de la traduction, lorsque le texte à traduire contient moins de 300 mots, on parle d'un texte court. On fait la différence entre

  • les textes très courts (de quelques mots à une phrase),
  • les textes courts intermédiaires jusqu'à env. 200 mots et
  • les textes courts jusqu'à env. 300 mots.

Les textes courts peuvent en dire long

La longueur d'un texte ne donne aucune indication sur le niveau d'exigence requis pour sa traduction. Un texte court peut être une accroche ayant demandé beaucoup de réflexion, un mode d'emploi, une newsletter, un texte de presse, une correspondance ou une catégorie dans votre boutique en ligne.

Quelle somme de travail requiert la traduction d'un texte court ?

La traduction d'un texte court peut être aussi exigeante que celle d'un texte de longueur standard. Si le texte court est directement lié aux autres textes et contenus déjà traduits du client, il doit être analysé par la mémoire de traduction (Translation Memory) de ce dernier, de façon à utiliser les mêmes termes dans les mêmes contextes. La traduction d'un texte court, surtout lorsque celui-ci va être publié, requiert également un travail de relecture et de correction si nécessaire. Un chef de projet se charge de coordonner les différentes étapes de la traduction et surtout d'établir la facture.

Combien coûte la traduction d'un texte court ?

Pour la traduction d'une accroche de 10 mots ou d'une newsletter de 200 mots, il n'est pas possible de facturer au mot, puisque cette méthode ne saurait couvrir le travail et les coûts de production réels. C'est pourquoi l'on facture généralement une somme forfaitaire, en fonction de ce que l'on appelle un forfait minimum, pour les textes courts. Le forfait minimum est déterminé pour chaque langue traduite, selon la charge de travail nécessaire et l'utilisation qui sera faite du texte. En fonction du type de texte, des tranches de forfaits minimums peuvent être fixées pour la traduction de textes courts, intermédiaires et plus longs. En général, le forfait minimum comprend une relecture du texte. Ainsi, la traduction d'un texte court coûte entre 20 et 80 € nets par langue. Si le texte contient plus de 300 mots, le seuil de rentabilité est atteint et il sera alors facturé au mot en y ajoutant les coûts de relecture.

Résumé

Les forfaits minimums fixés pour la traduction de textes courts constituent ni plus ni moins qu'une base de facturation destinée à des textes qui, parce qu'ils sont trop courts, ne peuvent être facturés au mot. Les forfaits minimums couvrent les coûts de traduction, de relecture et des différentes étapes de traitement des petits textes.